• maximiliencazayous

La LLPR En Marche à l'UP

Ci-dessous lien vers un témoignage paru dans Libération: https://www.liberation.fr/debats/2020/03/06/recherche-quand-est-ce-qu-on-se-leve-et-qu-on-se-barre_1780683

Ce témoignage, paru la semaine dernière, décrit le ressenti personnel d'une collègue chercheuse au Laboratoire "Matériaux et Phénomènes Quantiques". Il est une illustration, parmi d'autres, du désarroi et de la colère que l'on peut exprimer face à l'évolution actuelle de nos métiers, et ce dans un laboratoire de notre Faculté. Ce laboratoire est pourtant à la pointe de la recherche dans son domaine, et c'est le cœur même de son fonctionnement (i.e. l'aide au financement de sa plate-forme technologique en "salle blanche") qui est menacé par nos instances centrales. En parallèle, on tombe sur un certain nombre d'informations qui illustrent le contexte des évolutions en cours :

  • On apprend par un décret du 27 janvier 2020 que les établissements privés pourront dorénavant délivrer les diplômes de licence et de master [1]  (en plus de la possibilité de délivrer des diplômes d'ingénieur et d'écoles, ainsi que des "bachelors", possibilité dont ils disposaient déjà).

  • On apprend que le groupe privé Galileo Global Education est maintenant estimé à 2,5 milliards d'euros [2] par son actionnaire majoritaire, le fond de pension américain Providence Equity Partner, alors qu'il était estimé à "seulement" 1 milliard d'euros en 2018 [3]. A noter que Galileo Global Education réalise déjà 45% de son chiffre d'affaires en France.

  • On découvre des chiffres qui donnent le tournis sur le financement de consultants privés par les fonds des IDEX (par exemple l'IDEX Lyon qui choisit la directrice du cabinet Reichert Consulting pour présider son Scientific Advisory Board, et la paye 10 000 euros pour une réunion d'une journée [4] ).

  • On réalise que c'est aussi à un cabinet de consultants privés, SIRIS Academics (qui a conseillé, via des crédits IDEX, la plupart des fusions d'universités françaises) que la CURIF a commandé son dernier rapport (pour rappel la CURIF est la "Coordination des Universités de Recherche Intensive Française", présidée par Christine Clérici) [5].


Il ne s'agit que de quelques exemples, mais je pense que ce petit aperçu illustre l'urgence de nous positionner et de réfléchir aux vrais enjeux, face à ces bouleversements majeurs de notre écosystème de l'enseignement supérieur. [1]  https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=1B3ED2DA2BD6E2E393D9735E3BB68EE1.tplgfr29s_3?cidTexte=JORFTEXT000041623431&dateTexte=20200225 [2]  https://www.reuters.com/article/us-galileo-m-a-exclusive-idUSKBN20720P [3]  https://capitalfinance.lesechos.fr/deals/lbo/galileo-global-education-providence-offre-une-place-a-tethys-invest-126720 [4]  https://idexitlyon.wordpress.com/2018/06/25/des-nouvelles-du-sab-et-de-nos-precieux-consultants/ [5]  http://www.curif.org/fr/repenser-lorganisation-de-la-recherche-francaise/

0 vue